23 de August de 2019

Ils se sont passés 500 jours depuis que l’ex-président a été injustement incarcéré en conséquence d’un complot spécieux mené par l’ex-juge Sérgio Moro et avec l’approbation de Bolsonaro et des États-Unis.

Chaque jour il est plus évident que l’incarcération de Lula fut le fruit d’une opération politique orchestrée par les pouvoirs de fait et par la droite, qui depuis le début se sont évertués à empêcher la possibilité que Lula ne soit candidat à la présidence de la République et d’exclure l’ex-président de toute activité politique.

Lula est un prisonnier politique.

Les dernières révélations faites par le site The Intercept sur l’opération Lavage-Express, le procès qui a amené Lula en prison. Ces révélations démontrent que cette opération sans preuves ne fut qu’un prétexte pour incarcérer l’ex-mandataire brésilien.

Cependant, les mobilisations continues au Brésil et dans le monde démontrent l’énorme popularité de Lula, malgré l’intention de l’extrême droite brésilienne de démobiliser la population et de limiter au maximum le peu de visites familiales auxquelles l’ex-président a le droit.

Le Parti de la Gauche Européenne (PIE) réitère sa condamnation à l’emprisonnement de Lula, invite instamment à la mobilisation dans toute l’Europe, sollicite une déclaration internationale et de nouveau exige la libération de l’ex-président brésilien.

Lula libre !

Bruxelles, le 20 août 2019

Accédez ici au document original.

Traduit par Marc Cabioch.