28 de January de 2020

Avec l’avènement du courrier électronique et des réseaux sociaux, si un facteur sonne encore à votre porte, il est probable qu’il apportera une facture ou de mauvaises nouvelles. Mais après l’arrestation de Lula da Silva, libéré en novembre dernier après une condamnation pour corruption à un an et demi d’emprisonnement, des milliers de partisans de l’ancien président sont retournés acheter des timbres. La raison?

Une campagne du Parti des travailleurs (PT) qui semble inspirée du film mythique “Central do Brasil”, du réalisateur Walter Salles, dans lequel le personnage incarné par Fernanda Monténégro a écrit des lettres aux migrants analphabètes à la gare centrale de Rio de Janeiro.

“Lula, je suis un travailleur comme toi, qui a souffert aux côtés des pauvres”, a dicté un homme à un jeune volontaire de la campagne du centre-ville de Belo Horizonte. “Mes trois enfants sont entrés au collège grâce à ton gouvernement et en 1987, et pour t’avoir défendu, j’ai perdu mon emploi”.

C’est l’une des plus de trente mille lettres reçues par Lula da Silva pendant ses 580 jours de détention à Curitiba (Paraná), et qu’un groupe de chercheurs brésiliens, argentins et français a numérisées, avec l’aide de volontaires, et dont ils veulent maintenant faire un film, selon des sources de l’Institut Lula citées par Prensa Latina.

“Ce sont des témoignages émouvants de personnes qui ont changé leur vie pour des raisons politiques.”

Maud Chirio

C’est un travail spectaculaire que ces historiens ont publiée sur le site Lignes de Combat et à partir duquel ils ont pu réaliser une lecture dans un théâtre parisien, à laquelle ont participé des artistes, des politiciens et des intellectuels de renom, comme le chanteur Chico Buarque, l’actrice Maria de Medeiros, ex-député Jean Willys et le philosophe Márcia Tiburi.

La politique change des vies
Selon l’historienne française Maud Chirio, fondatrice du Réseau européen pour la démocratie au Brésil (RED.Br), qui a informé l’ancien président de l’existence de ce projet la semaine dernière, «ces lettres ne concernent pas seulement Lula, mais la démocratie, la solidarité et la manière dont les politiques publiques ont changé la vie des gens.»

“Lorsque nous sommes entrés en contact avec ces lettres, leur valeur nous a sauté aux yeux de manière tout à fait évidente”, a déclaré Chirio. “Ce sont des témoignages passionnants de personnes qui ont vu leur vie changer à cause de la politique”.

La chercheuse a également déclaré que le moment politique difficile que traverse le Brésil, avec les restrictions de liberté imposées par le gouvernement d’extrême droite de Jair Bolsonaro, et les attaques contre l’Institut Lula, lui faisaient craindre pour la sécurité des ces lettres.

“Nous considérons que ce matériel est en danger en raison de la persécution qui a lieu ici (au Brésil) et, en tant qu’historiens, nous nous engageons à faire connaître et à préserver la richesse de ces lettres”, a-t-elle conclu.

Bien que les détails sur le film n’aient pas été divulgués, parmi les lettres, il est possible d’en trouver certaines écrites par de grandes personnalités telles que le Pape François, qui a répondu le 3 mai à une missive de Lula lui disant d’avoir du «courage» et le pressant de «continuer à faire confiance à Dieu».

Al Día | Traduit par Francis Gast.