31 de October de 2019
Photo: Ricardo Stuckert

Il y avait un climat d’optimisme discret parmi les assesseurs et les avocats de Lula. Hier (29), une décision de la STJ a suspendu le jugement d’une affaire concernant l’affaire Atibaia – considérée comme une victoire, car elle ramènerait l’affaire aux allégations finales, mais n’annulerait pas l’affaire, comme le souhaitait la défense du ancien président. En outre, le vote en cours de la Cour suprême sur l’arrestation en deuxième instance offre pour la première fois une possibilité concrète de liberté pour Lula en novembre.

L’ironie qui apparaît dans l’entretien accordé par l’ancien président dans la salle du PF, où il est entouré de policiers, reçoit cependant des journalistes, forcés par la police d’être à au moins dix pieds de lui. Au sujet de la cravate de couleur brésilienne qu’il porte avec un blazer et un jean, il déclare: «Cette cravate a une histoire, mon garçon, c’est à ce moment-là que nous avons remporté les Jeux olympiques de Copenhague. J’en ai gagné 18. Comme je vivrai jusqu’à 120 ans, j’ai une cravate à porter aussi longtemps que je veux », provoque-t-il.

Et il n’y a aucun signe de célébration dans votre réponse à vos premières victoires au tribunal: «Je devrais être embêté lorsque vous posez une telle question, mais c’est tellement marrant ce qui est arrivé dans ma vie… J’ai un monstre collé à moi et je ris», dit-il. , avant de promettre: «Vous pouvez demander ce que vous voulez, je ne vais pas me fâcher comme la fait Bolsonaro la nuit dernière», faisant référence à la vidéo en colère que le président actuel a diffusé, après le reportage du réseau Globo sur le témoignage du portier du condominium Barra da Tijuca. Lors de témoignage, le portier a affirmé que l’une des personnes accusées d’avoir assassiné la conseillère municipale Marielle Franco avait recherché Bolsonaro la nuit du crime.

La bonne humeur, l’indignation et les piqûres d’opposants politiques s’alternent dans cette deuxième interview de la journée – avant le Public, il avait reçu une équipe de la télévision française. Le temps limité de 60 minutes, imposé par les règles de la prison, met la pression sur l’ancien président et les interviewers, mais il sait de quoi il veut parler.

« Vous pouvez en être sûr, dans ce pays, il n’y a qu’un parti politique qui fonctionne comme parti politique: c’est le PT », dit-il pour amender:« Savez-vous que le parti Bolsonaro n’existait pas hier et qu’à présent, à cause des élections, ils recevra 400 millions de reals ou plus du fonds du parti? Quelle entreprise va gagner 400 millions de reals de nulle part? » Il pousse.

Parmi les nombreux sujets abordés dans l’interview, la relation avec Dilma et les décisions concernant les prochaines élections indiquent clairement que Lula, arrêté ou libéré, distribuera les cartes en 2020. «Dans un parti comme le PT, c’est la volonté du parti qui doit l’emporter et décider qui sera candidat. Comment allez-vous gagner le carnaval si vous ne vous présentez pas? »

Voyez la vidéo:

L’interview complet est accessible sur le site de la Agência Pública.

Traduit par Silvia Valentim, Comitê Lula Livre Lille.