14 de June de 2019

La publication des rapports sur le site Web Intercept faisant état de conversations publiques entre Deltan Dallagnol, chef du groupe de travail de Curitiba, qui a coordonné la plupart des opérations de Lava Jato, et Sérgio Moro, juge responsable de l’opération, a provoqué une avalanche. Les organes de presse du monde entier s’interrogent sur l’impartialité du processus. Des journaux influents comme le Français Le Monde se demandaient si l’enquête qui aurait révélé ce qui serait le plus grand scandale de corruption de l’histoire du Brésil pourrait être elle-même manipulée. Le Washington Post a annoncé que les relations entretenues par le juge et les procureurs pourraient poser des problèmes juridiques. Le New York Times a souligné que l’intégrité de Lava Jato est mis en doute. Le Guardian anglais a attiré l’attention sur le fait que les relations entre Moro et Dallagnol sont interdites par la Constitution brésilienne. Al Jazeera, à son tour, a déclaré que le procureur et le juge avaient travaillé de manière coordonnée pour empêcher Lula de se porter candidat en 2018.

Une cinquantaine de rapports publiés dans au moins 21 pays ont été analysés. De manière générale, la presse étrangère a souligné la suspicion à l’égard de la justice du juge Sérgio Moro et a également souligné la possibilité que l’opération Lava Jato soit influencée par des intérêts politiques. L’impartialité de Moro a été mise en doute sur la base des directives et des informations transmises à Deltan Dallagnol. Ces extraits paraissent toujours accompagnés de l’explication selon laquelle au Brésil de telles relations ne sont pas autorisées entre juges et procureurs. En outre, l’impartialité de Moro a également été fréquemment mise en cause, car il était le juge qui avait condamné Lula, ouvrant la voie à la victoire électorale de Jair Bolsonaro, avant de devenir le ministre de la Justice de l’administration actuelle. Déjà, la motivation de l’opération était mise en avant en raison de la position des promoteurs concernant la possibilité que Lula accorde une interview à Folha de S. Paulo et profite ainsi de la candidature de Fernando Haddad à la présidence de la République. Des extraits de discussions au cours desquelles les procureurs ont exprimé le souhait que le Parti des travailleurs ne revienne pas au pouvoir ont également été mentionnés. Les doutes de Deltan Dallagnol concernant les preuves contre Lula ont été cités dans de nombreux reportages. La plupart des journaux ont relaté cette insécurité au fait que Lula a toujours affirmé être innocent et persécuté. Le journal américain The New Republic a souligné que dans cette période marquée par les théories du complot, il y a de fortes chances pour que cette théorie soit prouvée. Malgré l’attention portée aux doutes de l’accusateur, peu de publications ont mentionné les preuves indirectes citées par Dallagnol lui-même.

Outre les questions susmentionnées, des rapports étrangers ont souvent évoqué la possibilité que les procureurs et le juge aient agi de manière orchestrée pour empêcher Lula de se porter candidat aux élections de 2018. Peu de personnes ont évoqué la possibilité que les accusations contre Lula puissent être fausses. Les plus explicites à cet égard ont été le journal français Libération et l’Américain The New Republic.

Tous les reportages de l’Asie à Amérique latine font état des réactions de Sergio Moro, qui affirme ne rien voir dans les conversations, de Deltan Dallagnol, qui a enregistré une vidéo et l’a publié sur des réseaux sociaux, ainsi que le silence de Jair Bolsonaro. Même les paroles prononcées par le porte-parole du gouvernement ont été citées. Les critiques de Lava Jato sur l’action de piratage et les accusations selon lesquelles The Intercept ne les aurait pas recherchées et qui étaient sensationnelles sont également présentes dans les reportages, mais pour autant noter l’importance des conversations révélées.

Une grande partie des médias étrangers ont reproduit les positions publiques de Dilma Rousseff, Fernando Haddad et d’autres membres de la gauche qui ont été entendus dans des reportages. Cependant, ces positions sont toujours apparues à la fin des rapports, sans trop insister. Certains analystes et consultants politiques tels que Eurasia et Arko Advice ont également été consultés. Parmi les experts, il y a ceux qui pensent que le “bruit” causé par les révélations sera limité aux réseaux sociaux. D’autres, Caros Melo, do Ibmec, ont vivement critiqué les relations établies entre Moro et MPF. Les paroles prononcées par Marco Aurélio Mello, ministre de la STF, ont également été reproduites dans plusieurs publications. Eurasia et Arko estiment que Sergio Moro va être sérieusement secoué, tout comme l’opération Lava Jato. Les consultants estiment que l’affaire pourrait toucher le gouvernement, mais cela ne devrait pas affecter l’agenda économique de Planalto.

Indépendamment de la ligne suivie, tous les rapports ont indiqué que les révélations avaient été faites par le site Web du journaliste Glenn Greenwald. La figure du journaliste a donné de la crédibilité à l’information. On se souvient toujours de lui comme du lauréat du prix Pulitzer pour avoir publié les secrets du gouvernement des États-Unis révélés par l’ancien responsable de la CIA, Edward Snowden.

Les reportages des journaux étrangers sont très différents de ceux de la presse commerciale brésilienne. Ici, contrairement à d’autres moments, il n’y a pas de performance unifiée. Folha de S. Paulo et Estadão ont critiqué les relations entretenues entre Sergio Moro et Deltan Dallagnol. Cependant, le groupe qui a plus de pouvoir dans le pays, Globo Network, réalise une couverture qui protège Sergio Moro, Deltan Dallagnol et d’autres membres de l’Opération Lava Jato. Les émissions de nouvelles de TV Globo de Globonews et du journal O Globo ont mis davantage l’accent sur “une action coordonnée de pirates informatiques” contre des membres du Lava Jato, ce qui serait quelque chose de criminel et de sérieux, plutôt que sur le contenu des conversations entre les deux hommes, l’un chef du groupe de travail de Curitiba et l’autre actuel ministre de la Justice.

La position adoptée par Rede Globo est très différente de celle adoptée lorsqu’il y avait une fuite de documents classifiés contenant des déclarations d’attribution d’allégations qui étaient en cours de négociation dans le cadre de l’opération Lava Jato. À l’époque, même sans pouvoir déterminer s’il existait des preuves, les journaux télévisés reproduisaient des extraits de déclarations et de documents incriminant des personnes. Pire, il y avait toujours un effet graphique sur le bas de l’écran, dans lequel 100 reais de pipelines rouillés de Petrobras coulaient. C’est-à-dire que l’émetteur a décrété que les personnes citées étaient impliquées dans de l’argent sale détourné de Petrobras. Il convient de noter qu’à l’époque, la station s’est acquittée de cette tâche sans disposer des preuves qui n’ont pas été entendues jusqu’à aujourd’hui. Cette façon de fonctionner, accusant sans preuve, n’était pas une exclusivité de Globo. Toute la presse commerciale brésilienne a adopté la pratique.

La différence dans la couverture de l’actualité entre la presse étrangère et, surtout, TV Globo renforce une alerte lancée depuis longtemps. Le plus grand groupe de communication du pays n’est pas fiable et est capable de déformer les faits en fonction de ses intérêts politiques et économiques, comme il l’a fait dans d’autres périodes de l’histoire du Brésil.

Fundação Perseu Abramo | Traduit par Silvia Valentim, Comité Lula Livre de Lille/ France.