Compagnes et compagnons,

C’est la première fois en 38 ans que je n’ai pas participé personnellement à une rencontre nationale de notre parti. Mais je sais que je suis présent à travers chacun de vous, chaque dirigeant, délégué et militant du PT.

Au cours de ces 38 années, nous avons construit la force politique la plus importante que ce pays ait jamais connue. Parce que nous sommes nés de la base, de la classe ouvrière dans les villes et dans la campagne, luttant pour la démocratie et la justice. Et jamais, jamais vraiment, nous ne nous éloignons des gens.

Nous sommes arrivés au gouvernement par le vote, après un long apprentissage, pour transformer le Brésil. Et nous avons transformé. Nous surmontons la misère et la faim. Nous avons apporté de l’eau à ceux qui souffraient de sécheresse et de lumière électrique pour ceux qui vivaient dans les ténèbres. Nous emmenons les enfants à l’école et les jeunes – noirs, pauvres et indigènes – à l’université.

Ce sont des choses qui semblent simples dans tout pays civilisé, mais qui ont fait une énorme différence pour notre peuple qui souffre. Et cela n’était possible que parce que nous plaçons toujours les travailleurs et les plus pauvres au centre de l’attention du gouvernement.

Nous avons créé l’un des plus importants et des meilleurs programmes de transfert de revenus au monde, le « Bolsa Familia ». Nous augmentons la valeur réelle du salaire minimum. Nous tenons compte des travailleurs, des retraités et de l’agriculture familiale. Nous créons 20 millions d’emplois.

Dans de nombreux gouvernements avant nous, la grande majorité de la population était traitée comme s’il s’agissait d’un problème. Nous traitons notre peuple comme une solution et c’est pourquoi le Brésil a changé. Nous avons prouvé qu’il est possible de faire des choses différentes et meilleures que jamais.

Aujourd’hui, notre peuple souffre. La faim est revenue dans les foyers et beaucoup n’ont plus d’habitation: ils vivent dans la rue, ils sont devenus des mendiants avec ses enfants. Des millions de travailleurs ont renoncé à chercher un emploi, car il n’y en a pas. Des millions ont été exclus de « Bolsa Familia ». Les universités et les hôpitaux connaissent leur plus grande crise.

Aujourd’hui notre pays est vendu. Notre Petrobras, notre pré-sel, l’Eletrobrás, les banques publiques; sont tous en ligne pour être livrés à bas prix à de grands groupes étrangers, comme ils l’ont fait avec Embraer. Notre politique étrangère a de nouveau été dictée par le département d’Etat américain.

Aujourd’hui, notre démocratie est menacée. Il y a deux ans, ils ont lancé un coup d’État parlementaire pour renverser la présidente Dilma Rousseff, déchirant la constitution. Maintenant, ils veulent faire une élection présidentielle des cartes marquées, en excluant le nom qui mène la préférence populaire dans toutes les recherches.

Ils ont déjà renversé une présidente élue; veulent maintenant opposer leur veto au droit du peuple de choisir librement le prochain président. Ils veulent inventer une démocratie sans le peuple.

Cette réunion nationale sur le PT pourrait être l’une des plus importantes de l’histoire de notre parti. La responsabilité qui nous attend est énorme. La décision d’aujourd’hui nous mènera à une lutte sans restriction pour la démocratie, le peuple brésilien et le Brésil. Et la victoire dépendra de l’engagement de chacun d’entre nous.

Je voudrais être là pour embrasser chaque compagne et compagnon. Pour vous remercier de toute la solidarité et surtout pour garder l’esprit du PT en vie même dans les circonstances les plus difficiles. D’où je suis, je renouvelle toujours ma foi que le jour de nos retrouvailles viendra, par la volonté du peuple brésilien.

Vive le Brésil!

Vive le Parti des Travailleuses et Travailleurs!

Un câlin de Lula

 

Partido dos Trabalhadores

Share This