13 de December de 2018

La corrélation entre la garantie des droits de l’homme par les peuples, en particulier la santé et la sécurité alimentaire, et la construction internationale de la paix est claire. Les efforts de lutte contre la faim et l’extrême pauvreté sont essentiels à la constitution d’un monde plus démocratique et plus juste sur le plan social. Les individus, les communautés et les sociétés ayant de réelles possibilités de développement inclusif et d’avoir accès aux conditions de base garantissant la dignité humaine deviennent résilients face aux problèmes qui engendrent, débutent et prolongent divers conflits. Après tout, tout comme la faim et la guerre sont des phénomènes générateurs de réactions, la sécurité alimentaire est l’un des principaux instruments de la paix dans le monde.

C’est pour ça que nous soutenons la candidature de Luiz Inácio Lula da Silva au prix Nobel de la Paix 2019. Sous le gouvernement Lula au Brésil (2003-2010), la lutte contre la faim, l’extrême pauvreté et les inégalités sociales a été une priorité absolue grâce aux politiques publiques cristallisées par des programmes tels que Fome Zero et Bolsa Família. Ces programmes ont été principalement responsables de la baisse des taux de malnutrition dans le pays (de 11% en 2002 à moins de 5% en 2007), ainsi que de la réduction de l’extrême pauvreté qui, selon un rapport de la Fondation Getúlio Vargas (FGV), a chuté de 50,6% au cours de la période liée au mandat de Lula. Cela a permis au pays de réaliser le succès historique de quitter la Carte de la Faim dans le Monde des Nations Unies en 2014.

Cependant, la portée des politiques de transfert de revenus et de lutte contre la faim adoptées sous l’administration Lula ne se limitait pas à la dimension nationale, elle inspirait également une série de programmes régionaux et à travers le monde. Le gouvernement brésilien, avec le soutien du Secrétaire Général des Nations Unies et des présidents chilien et français, a convoqué des dizaines de chefs d’État en 2004 à New York pour lancer l’initiative ” Zero Hunger International”.

L’efficacité des programmes brésiliens a été reconnue au niveau international par des institutions de renommée internationale telles que l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), l’Association internationale de la sécurité sociale (AISS), le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et la Banque mondiale. L’ancien président Lula a été reconnu par plusieurs organisations et pays pour ses contributions importantes à la lutte contre la faim dans le monde et à la promotion de la paix par le biais des récompenses et hommages suivants: Connaissances pour l’avancement de la justice sociale à l’Université Brandeis ) ; Prix Interamerica (Mexico); Prix Indira Gandhi pour la paix, le désarmement et le développement; Prix Nelson Mandela des droits de l’homme; Prix Unesco pour la paix, Félix Houphouët Boigny; Prix Jawarhalal Nehru pour la compréhension internationale; World Food Prize (États-Unis); Prix international de Catalogne pour la lutte contre la pauvreté et les inégalités ; ainsi que des dizaines de titres de docteur honoris causa d’universités renommées.

Le choix de Lula pour le prix Nobel de la paix est justifié par sa trajectoire reconnue et ses efforts contre la faim et la pauvreté, ainsi que par la politique étrangère de son gouvernement en faveur de la paix mondiale par la médiation des conflits et d’autres attitudes. Les médiations comprennent les tensions entre le Venezuela et la Colombie, le conflit interne en Bolivie et la Déclaration de Téhéran visant à établir un accord visant à réglementer le programme nucléaire iranien. Le Brésil figurait parmi les trois pays en développement invités à participer à la conférence. Annapolis en 2007. La politique de coopération internationale mise au point sous son règne revêtait également une importance humanitaire et apporta une contribution importante au Programme alimentaire mondial.

Le mouvement international pour la candidature de Lula, dirigée par le lauréat du Prix Nobel de la Paix en 1980, Adolfo Pérez Esquivel, est approuvée par des exposants exponentiels de la contemporanéité, ainsi que par la signature de plus de 400 000 personnes sur la plateforme Change.org.

Il est maintenant temps de formaliser la candidature de Lula et le Comité de solidarité internationale pour la défense de Lula et de la démocratie au Brésil invite à se joindre au mouvement. En plus de solliciter votre soutien, nous vous encourageons à le solliciter auprès de personnes et d’organisations répondant aux critères suivants:

• Les membres des assemblées nationales et des gouvernements nationaux (membres du cabinet ou ministres) d’États souverains, ainsi que les chefs d’État actuels;
•Les membres de la Cour internationale de justice de La Haye et de la Cour permanente d’arbitrage de La Haye;
• Membres de l’Institut de droit international;
•Professeurs titulaires d’université, professeurs émérites et professeurs associés d’histoire, de sciences sociales, de droit, de philosophie, de théologie et de religion;
• Recteurs et directeurs d’université (ou postes apparentés);
• Directeurs d’instituts de recherche sur la paix et d’instituts de politique étrangère;
• Personnes qu’ont reçu le prix Nobel de la paix;
• Membres du conseil d’administration principal des organisations ayant reçu le prix Nobel de la paix;
• Membres actuels, anciens membres, anciens conseillers et anciens consultants du Comité Nobel de Norvège.

Pour ceux qui reconnaissent la validité de la candidature de Luiz Inácio Lula da Silva au Prix Nobel de la paix 2019, l’adhésion doit être faite au plus tard le 31 janvier, au moyen du formulaire disponible sur la page du comité Nobel de Norvège: https://www.nobelpeaceprize.org/Nomination/Nominator-application-form

Nous demandons à ceux qui remplissent le formulaire, s’ils le jugent utile, d’informer le Comité de solidarité internationale qu’ils l’ont fait par courrier électronique: [email protected] afin que nous puissions suivre l’évolution de la campagne.