11 de January de 2019

Ler em português | Read in English

L’une des déclarations les plus frappantes de Lula dès son accession à la présidence de la République résume, en un peu plus de vingt mots, ce qui est pour beaucoup le plus grand héritage de son gouvernement. “Nous devons vaincre la faim, la pauvreté et l’exclusion sociale. Notre guerre ne consiste pas à tuer qui que ce soit, mais à sauver des vies “, a déclaré l’ancien président, qui a fini ses deux mandats après avoir sorti de la misère près de 30 millions de Brésiliens vivant en dessous du seuil de pauvreté.

Cette réussite, reconnue par le peuple et vantée dans le monde entier, est précisément ce qui a motivé l’Argentin Adolfo Perez Esquivel à mener une campagne visant à inclure Lula parmi les concurrents du prix Nobel de la paix. L’initiative du militant qui a honoré cet honneur en 1980 pour ses efforts en faveur des droits de l’homme et contre les dictatures qui régnaient alors dans toute l’Amérique latine, a été lancé le 5 avril de l’année dernière, deux jours avant l’emprisonnement de l’ancien président pour un crime qu’il n’avait jamais commis.

Depuis lors, la pétition a déjà collecté plus de 430 000 signatures populaires, mais pour formaliser la candidature, il est nécessaire de rassembler, jusqu’au 31 janvier prochain, les signatures d’individus répondant aux critères énoncés par l’organisation – être, par exemple, professeur d’université ou directeur d’un institut de recherche sur la paix.

“Avec le même sentiment d’espoir que Martin Luther King a exprimé lorsqu’il a déclaré:” Si je savais que le monde se désintégrerait demain, je planterais encore mon pommier “, nous sommes nombreux à croire que le prix Nobel de la paix pour Lula aidera à continuer à construire une nouvelle aube pour rendre plus digne l’arbre de vie », a déclaré Esquivel dans une lettre envoyée au Comité organisateur des prix.

La déclaration d’Esquivel fait écho à ce que l’organisation du prix pense elle-même et attend de ses concurrents: “distinguer celui qui a fait le plus ou qui a fait mieux pour la fraternité entre les nations, pour l’abolition et la réduction des efforts de guerre, pour le maintien et la promotion de traités de paix “.

À cet égard, Lula a totalement la carrure pour figurer parmi les finalistes du prix Nobel. Dans le manifeste envoyé par l’Argentine, trois arguments incontestables soulignent que l’ancien président a laissé un héritage sans précédent dans la lutte contre la réduction de la pauvreté et de la faim au Brésil. Ils sont:

1. Selon l’Institut brésilien de géographie et de statistique, le taux de chômage a diminué de près de 50%. Et la création de 15 millions de nouveaux emplois selon les données du ministère du Travail et de l’Emploi.

2. Selon l’Institut de recherche économique appliquée (IPEA), le coefficient de Gini du Brésil était de 0,583 en 2003 et de 0,518 en 2014, ce qui indique que les politiques sociales mises en œuvre par le Parti des travailleurs (PT) ont laissé un Brésil moins inégal l’inégalité sociale, l’inégalité moyenne ayant diminué de 0,9% par an sur la période 2003-2016.

3. La mise en œuvre de programmes d’éducation et de santé publique a permis de relever l’indice de développement humain (IDH) du Brésil, mis au point par le PNUD. En 2010, le revenu annuel moyen atteignait 10 607 USD, une espérance de vie de 72,9 ans, une scolarité de 7,2 ans et une probabilité de vie scolaire de 13,8 ans.

Voyez, s’il vous plaît, si vous pouvez voter pour la candidature de Lula.
Selon les statuts de la Fondation Nobel, une candidature valable au prix Nobel de la paix requiert la signature de:

– les membres des assemblées nationales et des gouvernements nationaux (membres du cabinet ou ministres) d’États souverains, ainsi que les chefs d’État actuels;

– des membres de la Cour internationale de justice de La Haye et de la Cour permanente d’arbitrage de La Haye;

– membres de l’Institut de droit international;

– professeurs d’université, professeurs émérites et professeurs associés d’histoire, de sciences sociales, de droit, de philosophie, de théologie et de religion;

– les recteurs et directeurs d’universités;

– directeurs d’instituts de recherche sur la paix et d’instituts de politique étrangère;

– les personnes ayant reçu le prix Nobel de la paix;

– les membres du conseil d’administration principal des organisations ayant reçu le prix Nobel de la paix;

– membres, anciens membres et anciens conseillers du comité Nobel norvégien.

 

Parti des Travailleurs | Photo: Ricardo Stuckert
Traduit par Mônica Passos