12 de November de 2018

La présidente de la Commission interaméricaine des droits de l’homme (CIDH) s’est dite “inquiète” du “discours de haine” de Jair Bolsonaro, aujourd’hui. Elu président du Brésil avec un programme d’extrême droite, Jair Bolsonaro est coutumier des dérapages racistes, misogynes ou homophobes.

“Nous sommes inquiets parce que ces déclarations entrent clairement dans le cadre de ce que la communauté internationale de défense des droits de l’homme qualifie de discours de haine”, a affirmé Margarette May Macaulay à l’AFP à Rio de Janeiro, à l’issue d’une mission d’une semaine de la CIDH au Brésil. La dirigeante jamaïcaine s’est dite particulièrement préoccupée par des propos de Jair Bolsonaro, qui, quand il était candidat, avait affirmé qu’un policier ayant tué un suspect en service devait “être décoré” et non répondre de ses actes devant un tribunal. “Nous trouvons cela atroce que quiconque, surtout quelqu’un qui cherche à occuper les plus hautes fonctions de l’Etat, puisse être l’auteur d’une telle déclaration et nous espérons que cela ne restera que des mots”, a poursuivi Margarette May Macaulay. “Cela ne peut pas être sérieux. C’est tellement extrême que nous ne pouvons pas imaginer que cela pourrait arriver”, a-t-elle renchéri. Pour la présidente de la CIDH, “l’impunité vis-à-vis d’exécutions extra-judiciaires et d’arrestations illégales” est déjà un des principaux problèmes du Brésil en ce qui concerne les violations des droits de l’homme.

Margarette May Macaulay a également pointé du doigt “l’impunité pour les cas de violence contre les afro-descendants et les Indiens”. D’après les données de l’Annuaire brésilien de sécurité publique, 5.144 personnes sont mortes au cours d’interventions policières dans le pays en 2017, 14 par jour en moyenne, soit 20% de plus qu’en 2016.

Jair Bolsonaro, 63 ans, s’est fait élire entre autres grâce à un programme sécuritaire musclé qui prévoit notamment de donner plus de “sécurité judiciaire” aux policiers utilisant leurs armes de service, tout en libéralisant le port d’armes pour les “gens bien”. Élu avec 55% des suffrages le 28 octobre, il prendra ses fonctions le 1er janvier.

 

Le Figaro
Photo: Silvia Izquierdo, AP