À propos

EN DÉFENSE DE LULA ET DE LA DÉMOCRATIE AU BRÉSIL

L’état de droit démocratique au Brésil a été violé de manière systématique et permanente depuis le Coup d’État contre la présidente Dilma Rousseff en 2016 avec une participation indéniable du pouvoir judiciaire et des médias.

Ultérieurement, des événements de gravité énorme menacent de mettre en place un régime antidémocratique et répressif au Brésil, d’abord par la politisation du système judiciaire, de plus en plus radicale, qui maintient les citoyens arrêtés et / ou inculpés sans inculpation ni preuve que ce soit, en fondant ses décisions uniquement sur des dénonciations et dans la “conviction” des magistrats. Ces arrestations ont eu lieu avant d’avoir épuisé toutes les voies de recours possibles en violation de la Constitution brésilienne, qui, dans son 5ème article, garantit la présomption d’innocence jusqu’à la clôture de l’affaire.

La dernière victime de ces actes arbitraires est l’ancien président Luiz Inacio Lula da Silva, condamné et emprisonné pour être propriétaire d’un bien qui ne lui appartenait et qui a même été l’objet d’attache pour le compte d’autrui pour leur propre justice. Son emprisonnement est éminemment politique car il fait partie du coup d’État visant à l’empêcher de se représenter aux élections comme candidat à la présidence de la République.

Encore, le gouvernement qui a usurpé le pouvoir au Brésil adopte couramment des mesures, qui affaiblissent le pouvoir de la population dans l’État brésilien, à travers la propagation des privatisations d’entreprises et patrimoines publiques, y compris les réserves de la zone dite « Pré-Sel »; le transfert d’actifs nationaux à capitaux étrangers, y compris des terres; les menaces de retirer la Banque centrale du contrôle de l’État; l’entrave de l’autonomie de l’université et l’extinction des droits fondamentaux du travail; ainsi que la violation de la liberté syndicale.

L’action installée est suivie d’une suite de violations des garanties constitutionnelles essentielles civiles, politiques et sociales au Brésil, ainsi que l’intensification des violations des droits de l’homme par l’augmentation de l’extermination de la population noire dans la périphérie de nos villes, les initiatives du gouvernement du coup d’État pour annuler la lutte contre le travail esclave dans le pays, a réitéré la criminalisation des mouvements sociaux et l’augmentation du nombre de meurtres dans le domaine des travailleurs ruraux, indigènes « quilombola » qui seulement en 2017 a atteint au moins 70 victimes.

La violence politique et l’impunité ont grandi comme démontrent également le meurtre de la conseillère de Rio de Janeiro, Marielle Franco et son chauffeur Anderson Gomes, crimes encore non élucidés à ce jour, en plus des attaques à armes à feu contre la caravane de Lula dans les États du sud du pays et le récent attaque à tirs contre le camp de solidarité à Lula à Curitiba, où deux personnes ont été blessées.

Face à cette situation, un groupe d’entités nationales et de personnalités a créé le « Comité de solidarité internationale pour la défense de Lula et de la démocratie au Brésil», parce que, pour faire face à tel cadre politique si dangereux, nous avons besoin également du soutien de personnalités et organisations de l’environnement politique et social d’autres pays.

Le Comité compte sur une participation large et plurielle pour renforcer les initiatives existantes au Brésil et à l’étranger pour défendre la restauration de la démocratie dans notre pays, le droit de Lula à un procès impartial et équitable, des élections libres et démocratiques et le droit du peuple brésilien à élire les dirigeants qui les intéressent. Les instruments dont nous disposons pour à ce jour, en plus de la formation du Comité lui-même et le lancement de ce site, sont l’augmentation des signatures Manifeste: Élections sans Lula c’est de la fraude (www.change.org/lula) et la proposition du prix Nobel de la Paix à Lula (https://www.change.org/nobelparalula), ainsi que reproduire la création de Comités de Solidarité au Brésil tels qu’ils existent déjà dans certains pays.

 

ORGANISATIONS ADHÉRENTS DU COMITÉ DE SOLIDARITÉ INTERNATIONALE POUR LA DÉFENSE DE LULA ET DE LA DÉMOCRATIE AU BRÉSIL
Share This